Un navigateur Web… Oui mais c’est quoi?

choisir-correctement-son-navigateur-internet

Un navigateur web est un logiciel conçu pour consulter le World Wide Web. Techniquement, c’est au minimum un client HTTP.

Il existe de nombreux navigateurs web, pour toutes sortes de matériels (ordinateur personnel, tablette tactile, téléphones mobiles, etc.) et pour différents systèmes d’exploitation (GNU/Linux, Windows, Mac OS, iOS et Android). Les plus utilisés à l’heure actuelle sont, Google Chrome, Mozilla Firefox, Internet Explorer, Safari et Opera1.

Nous allons parler des 3 plus connus et plus utilisés… Chrome, Firefox et Internet Explorer

Chrome est un navigateur web privateur développé par Google basé sur le projet libre Chromium fonctionnant sous Windows, Mac, Linux, Android et iOS. Google Chrome est identique à Chromium hormis un logo différent et quelques fonctionnalités en moins ou en développement. La politique de Google semble être grandement responsable du succès de Chrome. En effet, face à une évolution rapide d’internet et de son contenu, ainsi qu’au matériel informatique, Google a opté pour un rythme de développement très rapide; chaque version étant espacée d’un mois. Contrairement à la concurrence qui préfère intégrer des grosses évolutions dans des versions de leurs navigateurs, dont les versions sont publiées moins d’une fois par an. À titre d’exemple, entre les versions 6 et 7 d’Internet explorer, il s’est écoulé 5 ans. Du point de vue de Google, une lenteur du cycle de développement entraîne un fossé technologique qui n’est pas compatible avec une évolution du web incessante. Pour s’assurer de la mise à jour rapide de son navigateur, les développeurs ont écarté l’opération humaine de ce processus en incluant un mécanisme de mise à jour automatique silencieuse. Chrome est en permanence à jour, sans intervention de l’utilisateur, qui n’est même pas informé du processus. Cette mise à jour permanente renforce la sécurité du navigateur22. Parallèlement, Google promeut un Store qui permet d’ajouter de nombreuses possibilités et services via des extensions, applications et jeux. Enfin, pour s’adapter à la croissance du marché de l’internet mobile soutenu par la diffusion massive de smartphones et de tablettes, Google a décliné Chrome pour Android et iOS. Ainsi, le navigateur a vu ses parts de marché augmenter de plus de 0,5 % par mois, mettant progressivement les plus grands concurrents en situation difficile. Fin 2011, selon certains sites d’analyse, Chrome a une part de marché supérieure à celle de Mozilla Firefox23. Ce choc médiatique est d’autant plus grand lorsqu’en mai 2012, il talonne Internet Explorer et le dépasse périodiquement, jusqu’à avoir raison de lui pendant l’été, devenant ainsi le navigateur le plus utilisé au monde.

Mozilla Firefox est un navigateur web libre et gratuit, développé et distribué par la Mozilla Foundation avec l’aide de milliers de bénévoles6,7 grâce aux méthodes de développement du logiciel libre/open source et à la liberté du code source.

Le navigateur peut être personnalisé à partir d’une base épurée. En effet, plutôt que d’être fourni avec un nombre considérable d’options dans une distribution standard, Firefox accepte des centaines d’extensions et de thèmes graphiques, ce qui permet facilement à chaque utilisateur de le modifier à son goût.
Quelques fonctionnalités présentes par défaut dans Firefox incluent notamment :
  • la navigation par onglets (facilement réorganisables) ;
  • une page d’accueil qui contient un champ de recherche Google, ainsi que des raccourcis vers les téléchargements, les marque-pages, l’historique de navigation, les modules complémentaires, la synchronisation et les paramètres ;
  • un bloqueur de fenêtres intruses (appelées aussi pop-ups) ;
  • un système de moteurs de recherche intégré et facilement personnalisable ;
  • les marque-pages (appelés favoris ou signets chez les concurrents ; les applisignets ou favelets sont aussi pris en charge) ;
  • les marque-pages dynamiques (lecteur de flux d’informations aux formats RSS et Atom) ;
  • un gestionnaire de téléchargement ;
  • un correcteur orthographique intégré ;
  • un filtre anti-hameçonnage (filoutage ou phishing) ;
  • un mode de navigation privée par fenêtre, où Firefox ne conserve aucune donnée sur les sites et pages visités ;
  • compatibilité IPv6 ;
  • affichage des images translucides au format PNG13 ;
  • la navigation avec géolocalisation intégrée14 ;
  • un lecteur de PDF intégré.
 
Internet Explorer parfois abrégé IE, MIE ou MSIE, est le navigateur Web développé par Microsoft, installé par défaut avec Windows. Entre la fin des années 1990, quand il détrône Netscape Navigator, jusque vers 2012, c’est le navigateur Web le plus utilisé au monde. En 2014, il est deuxième en Europe et troisième en France1. Ses principaux concurrents sont Mozilla Firefox (depuis 2004), Google Chrome (depuis 2008) et Safari.
Internet Explorer 10 (dernière en date) promet, d’après son concepteur :
  • Le réglage DNT (Do Not Track) activé par défaut, ce qui empêche les publicitaires de pister les utilisateurs sur tous les sites web.
  • De meilleures performances d’exécution du Javascript grâce à son nouveau moteur Chakra.
  • Une sécurité accrue via une sandbox plus strict (Enhanced Protected Mode) qui active l’High Entropy Address Space Layout Randomization (HEASLR) (adressage aléatoire sur 64 bits). Cette protection est activée par défaut sur IE 10 Modern UI (cela empêche l’utilisation de plug-in externe tels que Silverlight ou java (Flash est intégré à IE10 mais ne fonctionne que sur un mode de liste blanche))
  • Le support des technologies CSS3 : positioned floats, grid, flexbox, multi-column, regions, et hyphenation.
  • Des effets visuels CSS3 : Text Shadow, 3D Transforms, Transitions, Animations et Gradient.
  • Le support des technologies HTML5 : HTML5 Drag-drop, File Reader API, Media Query Listeners, Web Workers, les Web Sockets, Application Cache, IndexedDb ou encore le Strict mode de l’ECMAScript 5 et un premier essai sur les HTML5 Forms.
  • Une amélioration de la sécurité via l’utilisation de la Sandbox HTML5 pour l’isolation des iFrames.
  • Le support du Cross-Origin Resource Sharing (CORS) pour l’utilisation sécurisée de l’incontournable XMLHttpRequest entre plusieurs domaines.
  • Support de l’API Writer pour blobBuilder, ce qui autorise les manipulations de gros objets binaires à travers des scripts.
  • Support des tableaux typés JavaScript.
  • Support de la propriété user-select dans les CSS ce qui permet de définir comment un utilisateur sélectionne un objet dans une page.
  • Support des sous-titres dans les vidéos HTML5 avec timecode et positionnement. Le support s’étend sur plusieurs formats de fichiers.
  • Une amélioration des performances et la capacité d’utiliser plus efficacement les capacités CPU/GPU en utilisant moins la batterie de l’ordinateur portable.

Au sujet de l'auteur

Lire aussi :